FAQ escotrading.net

Foire aux questions

1. Quel est le montant minimal nécessaire pour faire fonctionner le robot ?

Le montant minimal que vous devez bloquer sur votre compte réel IG Bank pour faire fonctionner notre robot est de 3’000.- (contre-valeur en €).

Vous trouverez plus d’explications à la page Configurer.

 

2. Après mon paiement, je n'ai rien reçu.

Vous avez dû manquer la page qui s’affiche juste après le paiement et qui vous indique le lien vers la page de téléchargement des 3 fichiers du moteur, ainsi que de la procédure d’installation.

Envoyez-nous un e-mail à cs@escotrading.net, ou un message au moyen du formulaire qui se trouve à la page Contact et nous vous enverrons ce lien dans les plus brefs délais.

 

3. Je rencontre des difficultés.

Dans ce cas, le mieux serait que nous prenions le contrôle de votre écran.

Google met à disposition un « Bureau à distance Google Chrome ».

Ouvrez une session internet sur un navigateur Chrome et installez ce « Bureau à distance Google Chrome » en suivant ce lien : https://remotedesktop.google.com/.

Une fois installé, sélectionnez l’onglet « Assistance à distance ». Si tout s’est bien passé, vous devez voir un bouton bleu « + Générer un code ».

Quand vous voyez ce bouton sur votre écran, il faut que nous soyons en contact. Ensuite, avec le code généré par Google que vous nous indiquerez, nous serons en mesure de prendre le contrôle de votre écran afin de tenter, de visu, de trouver une solution.

Vous pourrez voir « en direct » les manipulations que nous faisons sur votre ordinateur et bien entendu, notre contrôle sur votre ordinateur cessera immédiatement après que vous, ou nous, ayons quitté le partage de l’écran.

4. Pourquoi ne proposez-vous pas d'autres instruments financiers ?

Nous ne proposons pas de robots sur le SMI et les crypto-monnaies car le spread est trop élevé et pour le CAC parce qu’il est moins volatile que le DAX.

 

5. Pourquoi ne pas avoir installé un stop suiveur ou un trade coupé au seuil de rentabilité ?

Après de multiples tests / essais, nous sommes arrivés à la conclusion que ce n’est pas intéressant.

Voici un exemple qui explique très bien pourquoi :

Avec un stop loss suiveur ou un trade coupé au seuil de rentabilité, l’opération aurait fini en perte ou avec un très petit bénéfice.

Sans stop loss suiveur ou trade coupé au seuil de rentabilité, le trade finit largement gagnant.

Stop loss suiveur

6. Est-ce que votre moteur fait du trading à haute fréquence ?

Notre moteur escoDAX® se base sur des bougies à 15 minutes. Cela n’a rien à voir avec le trading à haute fréquence qui, lui, traite des milliers d’opérations à la seconde et qui est réservé à des sociétés spécialisées qui doivent pouvoir trader avec de très grosses sommes d’argent. Ce sont ces robots qui ont mauvaise presse, et pour cause, puisqu’ils ont tendance à changer artificiellement le cours des instruments financiers qu’ils traitent pour en tirer profit.

 

7. Est-ce "moral" de trader l'indice du DAX ?

Que notre robot achète ou vende l’indice du DAX, cela n’a absolument aucun impact sur le cours des actions et donc, des entreprises et des salariés qui y travaillent. Vous ne touchez pas non plus de dividendes. Un indice est juste une moyenne pondérée d’actions. Il n’a aucun impact sur l’économie réelle.

Réponse librement adaptée du livre « Les traders sont de vrais communistes… de Benoist Rousseau».
Lien (sans affiliation) : https://www.amazon.fr/traders-sont-vrais-communistes/dp/B079VD4L22.

Voici encore un extrait de ce livre, sans y avoir apporté de modifications :

« La grande majorité des Français, qui sont contre la spéculation boursière, possède des SICAV et des assurances-vie. Il n’y a pas plus spéculatif que ces produits. Quand on étudie leur composition, on constate qu’il y a de la dette grecque par exemple dans ces produits.
Personnellement, en tant que trader en compte propre, je me suis toujours refusé à spéculer sur la dette d’un pays, par éthique. C’est pour cela que je n’ai jamais eu d’assurance vie, ni de sicav. Ces produits d’apparence simple sont en fait complexes. Ce sont des enveloppes d’actifs financiers d’actifs financiers composés d’obligations émises par les entreprises et les États de la zone Euro par exemple. Très peu de personnes s’intéressent à leur composition. À quel pays ou à quelles entreprises prêtent-ils de l’argent ? Ils n’en savent rien. Du moment que cela rapporte plus que le livret A. Ils se désintéressent de ces questions. »